mercredi 1 juin 2016

Le déroulement de ma grossesse

Aujourd'hui je replonge dans mon passé pour vous parler de ma grossesse et du déroulement de ces 9 mois.

J'ai su que j'étais enceinte assez rapidement puisque c'était un projet que nous avions choisi depuis un moment. L'annonce au papa a été faite sur le coup, il s'avait que j'avais du retard et était aussi excité que moi à l'idée de faire le test.

Nous n'avons pas attendu très longtemps avant de l'annoncer à nos familles respectives. Ce bébé était désiré depuis longtemps et nous étions tellement heureux que nous avons fait partager ce bonheur rapidement.

J'ai décidée d'être suivie tout au long ma grossesse par ma gynécologue habituelle. Et seule la dernière consultation (1 mois avant la date prévue d'accouchement) se fait à la maternité choisie.

J'ai eu assez peu de désagréments pendant le 1er trimestre. J'ai eu quelques nausées. Mais je suis surtout devenue ultra sensible aux odeurs. Il m'arrivait parfois d'être écœurée en sentant pourtant des odeurs habituelles comme le café par exemple. Mais rien de bien méchant.
Et j'ai eu aussi une période pendant laquelle j'ai été extrêmement fatiguée. Je me couchais tôt le soir, je faisais une sieste pendant ma pause déjeuner à midi et je dormais parfois un peu le soir en rentrant du boulot.

Mon ventre a mis du temps à se voir, comme je n'avais pas la taille mannequin ventre plat. Il a fallu que j'attende environ le 5ème mois de grossesse pour que cela commence à être vraiment visible.

D'ailleurs c'est vers la fin du 4ème mois de grossesse que j'ai commencé à me poser beaucoup de questions. A remettre en doute mon désir d'enfant, ma capacité à l'élever, à assumer les responsabilité que la maternité engendre etc... J'avais du mal à gérer mon travail et ma vie personnelle. C'est devenu à un tel point que je suis parti voir mon médecin en pleine après-midi alors que j'étais au bureau, je suis arrivée en pleurs. J'ai vidé mon sac, il m'a beaucoup écouté (je l'en remercie) et quand j'ai réussi à me calmer, il m'a dit : "vous allez rentrer chez vous, pour vous reposer, prendre le temps de vous écouter". Le lendemain je sentais bébé bouger pour la première fois. Et 2 jours après mon ventre s'était bien arrondi. Comme quoi il est important d'être à l'écoute de son corps et encore plus pendant une grossesse.

Puis vers le 8ème mois, on commence les cours de préparation à l'accouchement. Il faut savoir qu'il est conseillé de se renseigner auprès des maternités ou sage femmes libérales suffisamment tôt pour pouvoir s'inscrire et avoir une place. 
Le petit soucis que j'ai constaté c'est que lorsqu'on travaille les cours de préparation commençaient avant le début du congé maternité. En plus la maternité m'a mal renseigné. J'ai donc du faire la préparation à l'accouchement avec une sage femme libérale avec toutes les séances concentrée sur 1 mois (puisqu'il faut normalement finir la préparation 1 mois avant la date prévue d'accouchement).
Avec le recul la préparation que j'ai faîte ne m'a pas été très utile, je n'avais même pas appris à respirer comme il faut.

Pour ma part je n'ai pas eu de contractions pendant la grossesse. Alors le jour où j'ai eu des douleurs dans le bas du ventre, je n'ai pas compris tout de suite ce qui se passait.

J'avais eu mon dernier rendez-vous de suivi de grossesse avec la gynéco de la maternité 1 mois avant la date prévue d'accouchement. Et d'après elle j'avais encore bien le temps de voir venir les choses.




La veille de l'accouchement j'avais appelé la maternité parce que j'avais des pertes inhabituelles. La sage femme m'a répondu que mon corps se préparait doucement, mais que si j'avais un doute que je n'hésite pas à venir. Comme ça n'empiraient pas et que je n'avais aucune douleur, je n'ai pas ressenti le besoin d'aller consulter. 

Et dans la nuit vers minuit j'ai commencé à ressentir comme de grosses coliques. Bien évidemment mes aller-retour aux toilettes ne donnaient rien. La douleur partait puis revenait toutes les demi heures à peu près, alors je me recouchait et essayait de dormir entre chaque. Puis vers 3h du matin j'ai pris peur, j'ai appelé la maternité et on m'a conseillé de venir consulter (je n'étais pas sûr que ce soit des contractions). J'ai dis à mon homme de prendre les valises (au cas ou). Et à 4h nous sommes arrivés à la maternité. Après un monitoring (pour voir la fréquence des contractions et l'intensité) on m'a d'abord donné du spasfon que j'ai rapidement vomi. Je ne gérais pas la douleur des contractions parce que je respirais mal, j'étais crispée et stressée. Du coup on m'a envoyé prendre une douche avec un supo de spasfon. J'étais bien sous le jet d'eau chaude, ça m'avait décrispé, je me sentais mieux. De retour dans la chambre, on m'a refait un monito, puis ausculté. Et là on m'a dit que le travail était bien en cours et que mon homme pouvait aller au bureau des entrées pour faire les papiers. 
Quand mon homme est revenu vers moi, nous ne savions pas combien de temps ça allait durer. Je n'avais pas prévu de prendre la péridurale mais je l'ai demandée. Malheureusement il manquait une prise de sang pour que j'y ai le droit. Vers 8h30 environ (j'avoue que je n'ai pas trop regardé l'heure) on m'a emmené en salle d'accouchement. Et là j'ai eu droit au gaz hilarant. A chaque contraction mon homme me mettait le masque pour que je respire, ça donne l'impression d'être soul et relaxe, ça rend la douleur moins forte.
Et puis là j'ai eu 1 ou 2 contractions plus forte, j'ai perdu les eaux et j'ai dit à mon homme appelle la sage femme, bébé arrive. Dès que la sage femme est arrivée et qu'elle m'a dit poussez ça n'a pas mis longtemps. A 10h, le bébé était posé sur mon ventre, nous étions devenu parents.




Si nous devions renouveler l'expérience pour un 2ème bébé, je referais tout pareil. Sauf que je ferais des exercices de respiration pour apprendre à mieux gérer les contractions.


Bien évidemment chaque femme, chaque grossesse est différente. Ne vous fiez pas à une seule expérience.

Vivez votre grossesse pour vous et par pour les autres.